Université de Liège, Belgique

Sujet :« Il était une fois l’anguille, le virus et la luciole ».

Attirée depuis son enfance par les sciences de la vie et le milieu marin, elle a trouvé dans ses études de Médecine Vétérinaire l’occasion de satisfaire cette vraie passion. Elle s’est orientée vers la recherche plutôt que vers la médecine clinique parce qu’elle souhaiterait apporter des réponses plus globales à des problématiques actuelles. Elle est actuellement chercheuse au laboratoire d’immunologie et vaccinologie du Professeur Alain Vanderplasschen, au centre de recherche FARAH de l’Université de Liège, en Belgique. Bénéficiant d’une bourse d’aspirante au FNRS, et d’un financement par le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP), elle est à mi-parcours de sa thèse de doctorat. Celle-ci porte sur l’Anguillid herpesvirus 1, un virus qui affecte les populations d’anguilles, une espèce actuellement en voie critique d’extinction. Ce virus est méconnu, et sa thèse vise à comprendre comment il infecte et fragilise les anguilles puis. Elle espère développer un vaccin pour les protéger. Elle adore nager et plonger avec les poissons de Mayotte ou de l’Île de la Réunion où vivent sa mère et son père, qui lui ont transmis très tôt cet intérêt pour la découverte et la préservation des environnements naturels.